Facebook
Twitter
Contact

festival international des films berbères
CINEMA LE LUMINOR HÔTEL DE VILLE 20, rue du Temple, 75004 Paris - Métro Hôtel de ville (L1) et Rambuteau (L11)

Edito 2015




Après une première édition lancée en mai 2013, merveilleusement bien accueillie par le publlic, les médias et les institutions, le Festival international des films berbères et de la méditerranée dévoile le programme de sa seconde édition. Le chanteur-auteur-compositeur-interprète-musicien Idir, qui a apporté à la culture berbère une audience internationale est le parrain de cette seconde édition. Le rayonnement de ses musiques est un vrai point d’ancrage pour faire encore mieux vibrer toute la culture berbère et la porter à la connaissance du plus grand nombre. 

Les 30 et 31 mai, le Festival s’installe au cœur de la capitale, au cinéma Le Luminor et s’empare du lieu pour vivre et ressentir la culture berbère, tout au long d’un weekend, au fil du temps des films projetés, non stop. Recevant chaque année plusieurs festivals, Le Luminor permettra à la seconde édition du Festival une reconnaissance internationale, favorisera les échanges entre professionnels du cinéma d’ici et d’ailleurs, mais surtout contribuera à l’émergence et à la découverte de nouveaux talents : réalisateurs,  scénaristes, producteurs et techniciens du cinéma, d’origine berbère de tous horizons.

Pour cette seconde édition, 4 films de long-métrages, 7 films documentaires et pas moins  d’une quinzaine de films de court-métrages dont le thème principal porte sur la culture et  l’histoire Berbère, ont été sélectionnés par le comité de sélection. Chaque film concoure dans sa catégorie à la compétition officielle afin de remporter le  grand prix du festival pour la catégorie Long-métrage, et le prix du meilleur film pour la  catégorie documentaire et court-métrage.

Pas moins de 150 films reçus, et pour toutes ses propositions, le comité de sélection a  privilégié des réalisations singulières et atypiques afin de permettre au public de découvrir à la fois la culture berbère, sa langue mais aussi les enjeux que traverse l’histoire du peuple Amazigh. A cette sélection, s’ajoute des projections de films hors compétition, dont Timbuktu de Abderrhamane Sissako et l’Affaire Matteï du réalisateur italien, Francesco Rosi, auquel le festival a décide de rendre hommage. 

Car si le Festival international des films berbères et de la méditerranée se définit comme un tremplin vers une reconnaissance du nouveau cinéma se réclamant de la culture berbère, il tient aussi à promouvoir la circulation des œuvres cinématographiques d’origines berbères d’Afrique du Nord. En effet, au-delà des frontières occidentales, de nouveaux cinémas émergent, de nouvelles pratiques cinématographiques font jour, qu’elles viennent d’Asie, d’Amérique Latine ou encore d’Afrique.

Tant sur les plans artistique et institutionnel, le festival se veut un espace d’interaction entre la France et les pays d’Afrique du Nord, d’origine berbère. L’ambition du festival est de grandir et de devenir une référence pour les cinémas d’ailleurs. Pour ce faire, il veut développer des partenariats avec des écoles de cinéma, faire connaître le cinéma de ces régions par des expositions, aussi bien artistiques que commerciales, avec la création de fonds d’aide à la production ou encore la création d’un marché de films.